FORUM DE DISCUSSION, IDENTIFICATION TROUVAILLES, DETECTEUR DE METAUX
Proposé par la-detection.com : Accueil
  Trésors du Kosovo Trésors du Kosovo  

cliquez ici

Auteur : DP le 25/06/2005 22:00:48
14301R0 - Trésors du Kosovo
Pillage de l’héritage archéologique et culturel du Kosovo
Traduit par Pierre Dérens
Publié dans la presse : 23 juin 2005
Mise en ligne : samedi 25 juin 2005

-------------------------------------------------

Quatre officiers de police de la MINUK ont été surpris à la recherche de trésors archéologiques dans le fort médiéval de Novobrdo à l’est du Kosovo. D’après la MINUK, ces membres de l’unité spéciale de police polonaise (PPSU), stationnée au nord de Mitrovica, utilisaient des détecteurs métalliques et creusaient les murs de la vieille ville minière où le fort avait été construit.


Par Alma Lama

Connue aussi sous le nom de Monte Argendaria, Novobrdo se trouve dans une riche région minière. À l’époque médiévale, les mines d’argent de cette ville étaient la source d’une grande richesse, attirant des colons allemands.

La PPSU n’a pas confirmé cette information et le commandant de l’unité n’avait rien à dire. Le porte-parole de la police de la MINUK, Neeraj Singh, a confirmé que les recherches se poursuivaient à ce sujet. Dans les années soixante, les autorités yougoslaves avaient placé Novobrdo sous protection en tant que site de haute importance. Aujourd’hui, il y a des panneaux en anglais, albanais et serbe, indiquant le statut protégé de Novobrdo.

Mais le gardien du fort, l’Albanais Islam Vllasaliu a confirmé l’information et ajouté que cela n’a pas empêché la police de creuser pendant trois heures au moins. « Je leur ai dit en albanais qu’il était interdit de creuser dans le château mais ils n’ont rien voulu entendre ».

De peur de ne pas s’être fait comprendre, le gardien a appelé la police du Kosovo, et a donné son téléphone portable aux Polonais, afin qu’ils puissent parler directement à la KPS. Quand des policiers de la KPS sont arrivés sur les lieux, les policiers de la MINUK ont refusé de remettre les objets qu’ils avaient découverts, y compris des pièces de monnaie. Haxhi Mehmetaj, directeur de l’institut pour la protection de l’héritage culturel au musée de Pristina, qui a la responsabilité de Novobrdo, affirme qu’il n’a toujours pas récupéré les objets volés.

Haxhi Mehmetaj explique que les pièces ont vraisemblablement de la valeur et les autres objets pourraient avoir « une importance archéologique insoupçonnable ». Veli Bytyqi, du ministère de la Culture du Kosovo, a parlé d’une affaire soulevant des questions importantes sur la protection de l’héritage archéologique du Kosovo.

« L’autorité de ceux qui ont la responsabilité de la protection de notre héritage culturel n’est pas respectée. Le cas du gardien de Novobrdo et de la police de la MINUK est un cas d’école ». Les experts culturels déplorent que des objets disparaissent régulièrement et sont revendus. Haxhi Mehmetaj affirme connaître le cas de douzaines d’objets pris par les soldats de la KFOR........

La suite à http://www.balkans.eu.org/article5613.html

 
Auteur : aureus le 25/06/2005 23:08:15
14301R1 - Qu'ils se rassurent.....
ces objets volés comme la plus part d'entre eux seront retrouvés sur certains sites d'enchères bien connus.
 
Retour à la liste complète


   
REPONDRE A CETTE DISCUSSION

Pseudo ou Nom : Code d'accès (entouré de +) :
Email (pas obligatoire) : (30 caract. maxi)
Votre email ne s'affiche jamais, il est réservé à l'administrateur en cas de besoin
Sujet : (40 caract. maxi)
Ajouter un smiley  
Message :
Image :
Gif ou Jpg uniquement, 32 Ko maximum. Cliquez ici pour obtenir de l'aide.
  Ne cliquez qu'une seule fois et patientez.
En postant vous déclarez avoir lu et accepté les conditions d'utilisation.
     
 
Les monnaies et les objets publiés sur ce forum sont censés faire partie de collections particulières, avoir été découverts fortuitement, ou bien être le fruit des recherches de prospecteurs “autorisés”, et avoir été déclarés selon la loi, le webmaster n’ayant pas la faculté de vérifier la provenance et le devenir de chaque objet. Ensemble, respectons la loi 89.900 et respectons le patrimoine archéologique.